Les chefs d’Etat discutent de la biodiversité, à l’Assemblée Générale des Nations Unies #BiodiversitySummit (30 sept. 20). Une première !

Les Etats comme les entreprises profitent de la biodiversité. Mais cette dernière s’effondre et ne connaît pas les frontières. Au beau milieu de ce souk, les Etats coopèrent pour trouver des solutions à l’effondrement de la biodiversité.

Chaque pays est concerné

Vous pensez que la Suisse n’a pas intérêt à participer à un effort mondial ? Jugez plutôt. Basé sur des calculs de l’Union européenne, le bénéfice net des réserves naturelles helvétiques se monte à 3 milliards (voir réf. 1). Voilà la somme à investir pour produire l’eau, réguler les crues et polliniser les cultures sans ces zones protégées. Et une partie de ces dernières disparaît déjà !

Un autre calcul a précisé le prix à payer de l’inaction (voir réf. 2). Dit autrement, on laisse les espèces disparaître, selon les prévisions actuelles, puis en 2050, soudainement 😊, on produit nous-même les services qu’elle fournit actuellement. Le résultat ? Il faudrait investir 25 milliards par an dès 2050 ou env. 30% des dépenses de la Confédération (selon comptes 2019).

 

L’économie suisse profite aussi de la biodiversité du monde entier

Il est connu que la Suisse doit une partie de sa prospérité à ses exportations. Il est moins connu que cette prospérité se base en grande partie sur la nature à l’étranger. Notre pression sur la nature suisse est trois fois plus élevée que ce qu’elle peut supporter. Comment faisons-nous pour ne pas (sur)vivre dans un paysage lunaire ? Nous exportons plus de la moitié de la destruction de la biodiversité hors de la Suisse (voir réf. 3).

 

La coopération actuelle entre Etats est insuffisante

La convention des Nations Unies pour conserver la biodiversité a été signée par 196 Etats. La dernière évaluation des résultats obtenus par les Etats signataires est sans appel, aucun n’a respecté ses engagements (voir réf. 4).

Malgré cette convention, les Etats ont vite compris que la disparition de la nature ne pouvait continuer indéfiniment 🆘. Et que de nouvelles solutions sont donc nécessaires : fixer des objectifs mondiaux quantitatifs et intégrer les entreprises à cet effort. Comme pour l’accord de Paris sur le climat, le secteur privé et les ONGs devraient pouvoir additionner leurs contributions à celles des programmes étatiques.

 

L’implication du secteur privé, un avantage pour tout le monde

Alors évidemment, les financiers ont sorti leurs calculettes : 400 milliards par année sont nécessaire pour conserver la biodiversité nécessaire à l’humanité. Pas de panique cela représente 0.5 % du PIB mondial, mais quand même huit fois plus que ce qui est dépensé actuellement (voir réf. 5) ! Et oui, cela vient en complément des coûts pour l’atténuation du réchauffement planétaire (voir article du Temps du 22 juillet pour rigoler).

Heureusement, cette même analyse du Crédit Suisse propose autre chose que des augmentations d’impôt. Elle estime que les banques pourraient permettre de financer env. 200 des 400 milliards nécessaires. Voilà un marché qui s’ouvre pour le secteur privé, non (voir l’article précédent) 🤑? Surtout qu’il est en accord avec les attentes des futurs clients. Le baromètre la jeunesse 2020 du Crédit Suisse montre que plus de la moitié des jeunes (16-25 ans) place le conservation de la biodiversité dans leurs principaux intérêts.

Alors restez à l’écoute, prenez l’air et renouer avec la nature !

 
Références
  1. Forum Biodiversité Suisse, Hotspot 30, 2014
  2. Office Fédéral de l’Environnement OFEV, rapport sur la biodiversité, 2014
  3. Office Fédéral de l’Environnement OFEV, rapport sur les empreintes environnementales de la Suisse, 2018
  4. Convention sur la Diversité Biologique CDB, Perspectives mondiales de la diversité biologique 5, 15 septembre 2020
  5. Crédit Suisse, WWF International et Mc Kinsey&Company, Conservation Finance, 2014, en anglais